Auteurs / Scott Diane

Diane Scott a travaillé comme metteur en scène des années 1990 aux années 2010. Directrice de la compagnie de théâtre Les corps secrets, elle a été en résidence au Centquatre (Paris), à la Fonderie (Le Mans), à Anis-Gras (Arcueil) et à Berlin comme lauréate de la Villa Médicis Hors les Murs.
Elle a créé Blanche-Neige à partir de Robert Walser ; Artaud, pièce courte ; Nietzsche ; La mâchoire vous parle (a tribute to H. Müller) ; Faveur / Celan ; Je commence en raison des événements mais ce n’est pas pour en parler, à partir de Fête de la paix de Hölderlin.
Parallèlement elle écrit pour différents supports, notamment le mensuel Regards, où elle tient une chronique pendant dix ans, et surtout différentes revues (frictions, Théâtre / Public, Vacarme). Elle y développe un travail de critique dramatique, une réflexion sur les rapports entre théâtre, culture et politique, et des analyses liées à la critique de l’idéologie.
Elle a publié Carnet critique, Avignon 2009 (L’Harmattan, 2010).
Docteur en arts, elle a particulièrement travaillé sur la notion de théâtre du peuple et a enseigné à l’université d’Amiens.
Elle étudie et pratique depuis quelques années la psychanalyse.
Enfin, elle est rédactrice en chef de Revue Incise. Elle y publie des textes de critique dramatique : Paroles gelées ou le soulagement (Revue Incise 1), Hypérion, lettre à Marie-José Malis (Revue Incise 2) et Corinedada (Revue Incise 4). Elle y a aussi publié S’adresser à tous (Revue Incise 1) et faire des listes – théâtre et histoire (Revue Incise 3) et traduit des textes.

    Loading posts...
  • Revue Incise 6 – preview

    Jacques Lacan à Lubljana en Slovénie aujourd’hui, Jia Zhangke à Pekin dans les années 1980, l’Atelier populaire des beaux-arts de Paris en Mai 68, une suite des « entretiens Revelli » des femmes du Piémont et un poème de Shaerbeeck en Belgique dans les années 1940…

    Ici Gennevilliers branchée sur le monde et l’histoire.
    Revue Incise 6 –  19 septembre 2019.

  • Revue Incise 6 – Sommaire

    Jacques Lacan à Lubljana en Slovénie aujourd’hui, Jia Zhangke à Pekin dans les années 1980, l’Atelier populaire des beaux-arts de Paris en Mai 68, une suite des « entretiens Revelli » des femmes du Piémont et un poème de Shaerbeeck en Belgique dans les années 1940…

    Ici Gennevilliers branchée sur le monde et l’histoire.
    Revue Incise 6 –  19 septembre 2019.

  • Revue Incise 5 : édito

    Revue Incise est née en 2014 à Vitry-sur-Seine en banlieue parisienne. C’était au Studio-Théâtre, à l’initiative de Daniel Jeanneteau et de Juliette Wagman, ses directeurs d’alors. La revue s’est déplacée avec eux, elle est aujourd’hui éditée par le Théâtre de Gennevilliers, depuis son quatrième numéro…

  • Revue Incise 5 : sommaire

    Une fois n’est pas coutume, Revue Incise 5 propose une sorte de « dossier », un ensemble de textes un peu plus accentué que les correspondances souterraines habituelles, autour du signifiant « femme » : un essai sur l’égalité, un inédit d’Heiner Müller, le début de la traduction des grands entretiens Revelli encore inédits en français avec les femmes du Piémont nées au début du XXe siècle. On y trouvera aussi une manière très singulière de faire de la philosophie de l’art, un entretien sur des ateliers de lecture et un poème en forme d’abécédaire sur l’Europe. Avec des jeux et des poèmes glissés en billets doux.

  • Revue Incise 1 : sommaire

    Revue Incise 1, tirée à 1000 exemplaires, est épuisée depuis 2017, sauf quelques exemplaires encore en librairies. Ce numéro fit mouche en effet à sa sortie, par sa liberté de ton, son aisance à entrer et sortir du théâtre et par l’élégance austère de sa maquette. On trouvera sur le site la plus grande partie de ses textes : une mythologie contemporaine sur un lieu branché du Xe arrondissement de Paris, une critique sur un blockbuster théâtral des années 2010, le premier chapitre de l’introduction du brecht and method de Fredric Jameson, un manifeste queer qui incise le monde du jeu vidéo, un essai malin sur l’argent et les budgets au théâtre…

  • Ouvrir une revue

    Pourquoi ne pas interpréter l’abondance des discours sur la crise de la culture, qui émanent souvent des rangs du théâtre, comme une longue plainte, celle de la perte de la centralité historique de celui-ci ?…

  • Paroles gelées ou le soulagement

    Si l’idée d’incise a un sens, c’est celui de la saignée, précise et prophylactique. L’image se veut emblème de la critique, celle que nous réclamons de nos vœux, de gens de théâtre ou de citoyens. Il est dans la tradition des Lumières de penser l’acte critique comme destruction – destruction de l’erreur, religieuse, scientifique, idéologique. Dans le théâtre, si erreur il y a, elle est déterminée par les besoins du travail, une certaine pratique des lois courtisanes imposées par une précarisation de la production de tous, et une complaisance à s’y soumettre. N’ont plus cours alors que les compliments utiles et une certaine paresse journalistique à ne pas vouloir décourager la culture. Le lieu de celui qui veut donner les coudées franches à ses réflexions se doit donc (peut-être) d’être littéralement in-sis. (Revue Incise accueille avec intérêt toute proposition de texte critique.)

  • S’adresser à tous

    Parallèlement à son travail théâtral et plastique, Diane Scott a pratiqué la critique dramatique pendant les années 2000, en particulier pour Regards, Théâtre on line et frictions. Il s’agissait pour elle de situer les spectacles dans une perspective globale, d’interroger la manière dont leurs adresses, leurs contenus et le discours de leurs formes fabriquent une idéologie culturelle. Le développement de cette activité critique a été contemporain d’une partie des discours sur la crise de la culture, ce qui a ouvert le chantier d’une nouvelle écriture, à vocation théorique. Partant de l’intuition que la plupart de ces discours manquaient leur objet, elle a tenté d’en interroger les impensés : que se joue-t-il dans cette attente de politique à l’égard du théâtre ? Qu’advient-il quand les enjeux de la politique elle-même sont rabattus sur la culture ?…

  • Revue Incise 4 : sommaire

    Des traductions inédites de Walter Benjamin, César H. Espinosa, Johann Peter Hebel, Thomas Pynchon, Bernd Stegemann / Une réflexion sur les pots de première / Un récit de lutte autour d’une chapelle dans Paris / Une critique de Moi, Corinne Dadat / Un essai sur nos catégories historiques / Deux poèmes / Et des jeux

  • Revue Incise 3 : sommaire

    On trouvera dans le numéro 3 un message codé encore non déchiffré à ce jour. Ce numéro s’ouvre sur un poème de Louise Michel et se clôt sur un énigmatique poème d’anagrammes de Guillaume Rannou. Entre les deux un texte d’humeur sur l’université écrit pendant la grève de Paris 8 de 2016, une pièce de théâtre, des traductions inédites de Marta Traba, critique d’art colombienne, la suite de la traduction tant attendue du livre de Fredric Jameson sur Brecht, dont la revue distille les chapitres de l’introduction avec modération, enfin un poème qui parle de ce que c’est que parler depuis aujourd’hui et un texte inédit en français de l’écrivain Joseph Mitchell. Rétrospectivement ce numéro (3) est un des plus réussis.